Rechercher dans ce blog

mardi 31 janvier 2017

DROITE ET GAUCHE



            Quand deux candidats s'opposent dans l'élection présidentielle ils ne doivent pas être définis en termes de classes ou de toute autre dichotomie car ce serait donner un avantage aux gens d'en haut; c'est ce que font souvent les français: un parti de la classe ouvrière perd, même si des non-ouvriers  acceptent d' appuyer la liste ouvrière. Une liste dite socialiste au contraire est parfaitement recevable, même si elle n'a pas une définition dichotomique de la société. C'est aux politiques de choisir une ligne générale de partage entre les deux candidats,qui assure aux deux une vision globale de la société: laïques contre cléricaux fait sens; pro-européens contre anti-européens aussi, bien que ce soit maladroit, comme nous le voyons aujourd'hui où Mélenchon s'isole par son anti-européisme. Je propose comme ligne de démarcation l'opposition entre un critère de choix objectif: la rationalité économique du marché et un critère de choix subjectif, c'est à dire exprimé en termes de droits. Je suis convaincu que c'est l'expression la plus juste, car la plus réelle, la plus vérifiable des oppositions Les deux critères de choix sont valables; il s'agit pour les deux de démontrer aux électeurs que c'est l'un ou l'autre qui doit avoir la priorité et donc la majorité . Aujourd'hui, après une longue période de domination de l'argent et même des hyper-riches la priorité doit aller à l'égalité des droits, à la lutte contre l'exclusion , mais aussi au développement de la connaissance. Si ce qu'on appelle la gauche devient anti-européenne, ce qui serait une erreur grave, il faudra laisser gagner la droite. En d'autres termes je n'accepte pas de voter pour une  coalition incluant Mélenchon. J'insiste sur ce point: l'élection est nécessaire parce que les électeurs portent un jugement qui n'est pas seulement doctrinal, qui répond aussi à une situation et à une conjoncture. Nous avons besoin de donner la priorité à une politique rocardienne, c'est à dire qui reponde à des exigences à la fois économiques et sociales, en ajoutant cependant que , s'il faut absolument choisir ,je donne aujourd'hui la priorité aux droits sur l'efficacité, car les inégalités ont augmenté, à cause surtout de la situation du logement. Nous n'attendrons pas longtemps avant de savoir ce que nous pouvons faire.      
                                                      Alain Touraine 31/1 2017

1 commentaire: